< Accueil

Plaine Commune Habitat

Des logements de qualité, pour tous.

Accueil > Actualités > Plaine Commune Habitat > La Fédération des OPH dénonce le coup de massue porté au logement social

28 septembre 2017
initiatives

La Fédération des OPH dénonce le coup de massue porté au logement social

Les conséquences chiffrées de la baisse des loyers sur les offices et leurs locataires.

Face à une attaque inédite du logement social, menaçant clairement son modèle, la Fédération des Offices Publics de l’Habitat souhaite rappeler combien la baisse de l’APL avec pour contrepartie une baisse des loyers équivalente est inacceptable car dangereuse pour nos locataires et nos organismes. Les conséquences seront immédiates dès 2018. Avec une réduction de loyer de 50 euros par mois et par bénéficiaire APL, dès 2018 :

135 auraient un autofinancement inférieur à 2% (soit 48% du patrimoine).**
98 offices (soit 31% du patrimoine) seront dans le rouge et auront un autofinancement négatif.**
175 auraient un autofinancement inférieur à 5%, qui est le seuil de fragilité reconnu des organismes d’HLM par la Caisse des Dépôts et la Caisse de garantie de logement locatif social (CGLLS).**

La baisse de recettes entraînerait plusieurs milliards d’investissements en moins dès 2018.

La chute brutale de l’autofinancement aura pour conséquence immédiate une baisse spectaculaire des projets engagés en 2018. « Il y aura alors un ralentissement brutal des projets de constructions neuves, en particulier de logements très sociaux. On notera aussi un ralentissement tout aussi brutal de la réhabilitation, notamment énergétique. Il y aura enfin une compression sans précédent des crédits d’entretien et de réparation du parc existant », dénonce Alain Cacheux, président de la Fédération des OPH. Les Offices Publics de l’Habitat ce sont 9 milliards de loyers par an (hors parkings, commerces…), dont 3,4 milliards d’APL et 980 millions d’autofinancement dégagés par l’exploitation, intégralement réinvestis dans le logement social.

Les offices investissent 8 milliards chaque année en construction, réhabilitation, gros travaux…. Si l’APL baissait forfaitairement de 50€/mois (600€/an), la baisse de loyers représenterait une perte de recettes (et donc d’autofinancement) de 685 millions d’euros par an soit 70% de l’autofinancement cumulé des offices en 2015 qui est de 980 M€ (dernier chiffre connu) !

Lire le communiqué dans son intégralité ci contre

illustration

haut de page